Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le jardin d'amexour

Le jardin d'amexour

Parfois de raison, souvent d'intuition, de philologie et des philosophies en général, ce semble pouvoir être l'objet de ce blog... Si cela ne peut seul le décrire totalement, il en reste cependant le principal moteur !


"Un philosophe [misogyne]..." par Nietzsche in "Par delà bien et mal"

Publié par Amexour sur 20 Juillet 2012, 09:02am

Catégories : #Philosophie

Nietzsche1.jpg"Un philosophe est un homme(1)qui ressent, voit, entend, soupçonne, espère, rêve sans cesse des choses extraordinaires; que ses propres pensées, qui sont ses évènements, frappent pour ainsi dire de l'extérieur, d'en haut et d'en bas, à la manière de coup de foudre; qui est peut-être lui-même un orage gros de nouveaux éclairs; un homme de destin autour duquel le ciel gronde et la terre s'entrouvre, qui vit dans une atmosphère de présage. Un philosophe : un être qui, hélas, prend souvent fuite devant ses pensées et a peur de lui-même, - trop curieux toutefois pour ne pas constamment "revenir à lui-même". Nietzsche-par-Deleuze.jpg

in "Par-delà bien et mal"-prélude d'une philosophie de l'avenir" chez Gallimard éditions - textes et variantes...traduits de l'allemand par Cornélius Heim.

 

 

Remarques pour une petite analytique :

 

Le mot "philosophe"... [à ne pas confondre avec philologue, de philologie et l'étude par l'analyse critique et son étudiant attentif ; ce qui va par ailleurs être le cas ici dans l'étude d'un mot dans ce petit extrait]. Dans sa dialectique historique d'une part mais surtout ici, hasardons-nous à le dire, dans la genèse a priori de la pensée du mot lui-même :  "Un philosophe", ici donc, laisse, du moins ce me-semble moins à penser qu'il puisse s'agir d'autre chose que de l'espèce humaine, du genre humain et de toute holistique inhérente ; mais plutôt, que ce mot veuille s'attacher à consacrer "l'homme" en opposition de fait à son "alter égo" (autre moi), pourtant... Ce, donc, au détriment de cette autre "je", la femme ; et en philosophie, usité étymologiquement dans le sens de l'esprit ami de la sagesse. S'y consacrant de fait avec vertu et détermination... Au delà du bien nitzschéen, disons seulement "plutôt plus que moins viril" (ayant très sûrement inspiré des gens bien peu fréquentables et en son temps en Allemagne comme ailleurs...) d'une part, et, pour ce qui nous intéresse ici du "mal" inspiré que peut le faire une telle misogynie de principe pour ne pas dire dogmatique. Ne pourrait-on alors avoir une pensée tout aussi émue, et pour nos illustres "philosophes" qui, en ce sens, exprimaient et continuent d'exprimer, peut-être de plus en plus souvent, aujourd'hui, l'Idée ainsi définie ci-dessus !?!

le-dejeuner-sur-l-herbe.jpg

Les liens, sur les noms des philosophes contemporains qui suivent, les autres n'étant plus à présenter, sont là pour abonder en ce sens... : Hypatie,  Hannah Arendt, Simone Weil, Simone de Beauvoir, et aujourd'hui (les oubliées voudront bien me pardonner) Elisabeth Badinter, Jacqueline Russ, Catherine Clement, Céline Spector (Université de Bordeaux), Géraldine Lepan-Marimbert (Université de Toulouse), Geneviève Fraisse, Sylviane Agacinski ou Julie Casteigt et Sylvia Giocanti, Laura-Maï Gaveriaux, etc ...

 

 

les-femmes-philosophes.jpg

Notes.

 

Misogyne : in Littré, définition :  "Un homme qui hait les femmes."


(1) [Eh oui, car est-il nécessaire de le souligner homme de son temps, Nietzsche n'était-il pas aussi lui-même parfaitement misogyne1 ? Morceaux choisis :]

 

 in "Par-delà bien et mal" (ibidem p. 151-§232) : "La femme veut s'émanciper, et pour cela elle a entrepris d'éclairer les hommes sur "la femme en soi" : c'est là un des pires aspects de l'enlaidissement général de l'Europe.(...)

et ici : Il faut un instinct corrompu-sans parler du manque de goût-pour qu'une femme en vienne à se prévaloir de Madame Roland, ou de Madame de Staël, ou de Monsieur George Sand, comme si ces trois noms pouvaient quoique ce soit en faveur de la "femme en soi". Pour les hommes, ces trois personnes sont les trois femmes comiques en soi, et rien de plus ! Elles sont, bien malgré elles, les meilleurs arguments contre l'émancipation des femmes et leurs prétentions d'indépendance.(...) (ibid §233)

et encore là :  [mais faut-il rappeler qu'aujourd'hui encore, les "chefs" sont rarement des femmes...Ici, peut-être la cerise sur l'ineptie nietzschénne ?] La sottise dans la cuisine, la femme en tant que cuisinière, l'effroyable étourderie qui préside à l'alimentation de la famille et de son chef ! La femme ne comprend pas l'importance de la nourriture, et elle prétend être cuisinière ! Si elle était une créature pensante, elle aurait dû découvrir les faits fondammentaux de la physiologie, depuis tant de milliers d'années qu'elle apprête les repas [c'est bien de le reconnaître, et quand le chasseur tarde à rentrer de la chasse  la femme, elle, "apprête "...] et faire de la médecine son domaine propre !  

fete-des-mers.jpgCe sont les mauvaises cuisinières, le manque total de la raison dans la cuisine qui ont été le frein le plus durable, l'entrave la plus désastreuse  au développement de l'humanité : il en va guère mieux aujourd'hui. Avis aux demoiselles ". (note bas de page : en français dans le texte) (id §234)


femme-objet.jpg

Voir aussi les "Sept dictions sur les femmes" (cf. §237) dont en voici un aperçu : "Robe noire, silence décent habillent chacune- fort coquettement"(...) [Que n'oserais-je aujourd'hui  quelques analogies, dans la dichotomie qui, par quelques similitudes avec la religion et dans son orthodoxie la plus prégnante parfois ; et quand, l'on voit encore femmes vêtues, ou même dévêtues d'ailleurs en d'autres lieux plus proches encore et autres pancartes représentées; en tout cas plus que de raison, point de changements encore bien perceptibles plus d'un siècle passé...]


in "Ainsi parlait Zarathoustra" (cf. lien "expert" ): « Si tu vas chez la femme, n’oublie pas ton fouet. » et « La femme est incapable d’amitié, c’est un oiseau, une chatte ou tout au mieux une vache »

 

Pour aller plus loin...et jusqu'à il n'y a pas si longtemps, à l'Assemblée Nationale française...Démonstration de l'ère du temps, de l'od-eur d'une époque :

 

 islam1.jpg
Est-ce qu'un beau jour les poupées "barbies" et autres "dinettes" finiront par tout bonnement ressembler à ça ? Rien n'est moins sûr...En tout cas, avec la re-montée des religions ce, dans l'orthodoxie la plus radicale, tout reste à prouver...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents