Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le jardin d'amexour

Le jardin d'amexour

Parfois de raison, souvent d'intuition, de philologie et des philosophies en général, ce semble pouvoir être l'objet de ce blog... Si cela ne peut seul le décrire totalement, il en reste cependant le principal moteur !


Fiche de lecture sociologique de l'« Essai sur le don » de Marcel Mauss.

Publié par Amexour sur 14 Janvier 2011, 14:39pm

Catégories : #sociologie

Fiche de lecture sociologique de : « Essai sur le don » de Marcel Mauss.

 

Paru en 1924, l'« Essai sur le don - forme de l'échange dans les sociétés archaïques », considéré comme une œuvre majeure de Marcel Mauss (1872-1950), concourt à conceptualiser scientifiquement le don.

 

Résumé :     « Donner est une opération des plus familières qui ne semble pas appeler de définition sociologique particulièrement précise : un bien change d'attributaire par la décision de son propriétaire qui manifeste à un tiers une disposition bienveillante puisqu'il n'exige rien en retour. »  

  

   Mauss.jpg

 Ethnologue et sociologue, Mauss part d’études ethnologiques, en tant que faisant appel à l'objet culturel, et à son étude explicative et comparative quant à l'ensemble des caractères sociaux et culturels des groupes humains observés. Sans pour autant en donner la pleine résultante de ce qu’il représente dans un ensemble anthropologique, mais davantage en tant que fait social.

  

 Partant d’une étude particulièrement documentée et universelle, cette institution libérale et « gratuite » qu’est le don est régulièrement suivi du contre-don, perçu par ses agents ou acteurs comme légitime (en réponse à la prestation initiale, don originel). 

  

 Ce qui semble être  univoque en tant que contrainte de fait. « Il faut rendre, et bien rendre, selon un code précisément établi : ni trop ni trop peu, ni trop vite ni trop tard. Aussi le don est-il indiscutablement l'amorce d'une relation réciproque, un échange différé ». Si là est le premier paradoxe [en tant que para (contre) et doxa (opinion)], il en appelle un second en ce sens que : « l'action de donner, qui semble matérialiser une relation de sympathie, revêt en fait une dimension agressive. Car le cadeau crée une dette. En obligeant son partenaire, le donateur acquiert sur lui de l'ascendant, sinon du pouvoir. Il le contraint à l'obligation, éventuellement coûteuse, de rendre et d'être pris, peut-être malgré lui, dans une escalade embarrassante, dans une partie risquée où sont en jeu nom, réputation, rang, fonction ou simplement fortune ».

  

De cette institution, de ce qu’allait devenir le paradigme du don, il faut noter l’observation d’un cérémonial assez remarquable par les travaux originaux de Boas, suivis par Lévi-Strauss ou Bataille en France : le Potlatch. Pratiqué notamment par les tribus nord-ouest américaines, le Potlatch consiste en des échanges entre chefs tribaux... De la sorte, et en fonction des dons alors consentis par les membres de la tribu, ils déterminent et distribuent titres et charges dans la tribu... Le terme Potlatch signifiant en langage « Chinook ou Kwakiutl »  donner, nourrir (consommer). « Pour Marcel Mauss cet échange se caractérise par la rivalité car le don doit être suivi d’un contre-don immédiat et supérieur afin de gagner en prestige » (Cf. Dalloz 3e édition du Lexique de sociologie ).

  

L’épigraphe (Cf. citation du poème scandinave et en préambule de l'"Essai sur le don") que livre Mauss dans son introduction est essentielle pour qui se veut plonger dans la réflexion du scientifique (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k93922b/f36.pagination). Tant par son fil conducteur que dans les « formes archaïques du  contrat » et dans sa conclusion : « les économies primitives sont régies par des principes propres et ne sont pas réductibles à une économie marchande simplifiée et raréfiée, ni à une économie de subsistance orientée vers la satisfaction des besoins élémentaires », Mauss comme Marx exprime une rupture critique dans le formalisme économique. Dans son analyse des formes de l’échange de ses sociétés archaïques, il met en exergue les raccourcis déterministes d’un formalisme économique institutionnalisé. Par l’ « obligation d’échange », Mauss démontre la conception imaginaire conjoncturelle du marché individuel en montrant que ce sont en définitif des groupes « qui s'obligent mutuellement ». De plus, que ce qui a précédé notre système marchand montre que ces échanges n’avaient pas qu’une seule vocation mercantile mais bien un ensemble d’échanges très hétérogènes et variés. Qu’au delà de celui des biens, des produits de consommation, il était aussi question « des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des fêtes, des foires dont le marché n'est qu'un des moments ». Enfin et par « systèmes de prestations totales » Mauss analyse l’ensemble de ces échanges « plutôt volontaires » de présents entres protagonistes et souvent non-convenus par avance. Il observe la grande diversité des échanges formant ainsi société par faits sociaux (les compensations matrimoniales, les sacrifices religieux et les transferts de biens associés généralement au pouvoir…). 

 

Mots clefs : don, paradigme du don, potlatch, ethnologie, faits sociaux.

don-Mauss.jpg

 

Plan de l’ouvrage :

·         Introduction. Du don et en particulier de l’obligation à rendre les présents,

  • Chapitre I Les dons échangés et l'obligation de les rendre (Polynésie),
  • Chapitre II Extension de ce système (libéralité, honneur, monnaie),
  • Chapitre III Survivances de ces principes dans les droits anciens et les économies anciennes,
  • Chapitre IV Conclusion.

Biographie  :

G. Bataille, La Part maudite, éd. de Minuit, Paris, 1967

F. Boas, Kwakiutl Ethnography, éd. H. Codere, Univ. of Chicago Press, Chicago, 1966

H. Codere, Fighting with Property, J. J. Austin, New York, 1950

J. Derrida, Donner le temps, Galilée, Paris, 1991

R. Firth, Economics of the New Zealand Maori, 1929

Owen, Wellington (New Island), 1re éd. 1959

C. Lévi-Strauss, Les Structures élémentaires de la parenté, 1949 Mouton, Paris, 2e éd. 1967

B. Malinowski, Argonauts of the Western Pacific, Londres, 1922 (Les Argonautes du Pacifique occidental, Gallimard, Paris, 1963, rééd. 1989)

M. Mauss, « Essai sur le don

forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques », in L'Année sociologique, 1923-1924 (repris in M. Mauss, Sociologie et anthropologie, P.U.F., Paris, 1950, 9e éd. 1985)

C. Meillassoux, Terrains et théories, Anthropos, Paris, 1977

La Revue du Mauss, nouvelle série, La Découverte, Paris, depuis 1988

M. Sahlins, Stone Age Economics, Chicago, 1972 (Âge de pierre, âge d'abondance l'économie des sociétés primitives, Gallimard, 1976).

 

·         Autres Travaux de l’auteur

« Essais de sociologie » 1968 éditions de mInuit

 

Sources :

-       Encyclopédie Universalis, et son lien

 https://nomade.univ-tlse2.fr/http/www.universalis-edu.com/encyclopedie/don/ 

-       Gallica, et son lien

 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k93922b/f36.pagination

-       Dalloz 3° édition du Lexique de sociologie,

-       images Google pour les illustrations de Marcel Mauss (photo et ouvrage).

 

  

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents