Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le jardin d'amexour

Le jardin d'amexour

Parfois de raison, souvent d'intuition, de philologie et des philosophies en général, ce semble pouvoir être l'objet de ce blog... Si cela ne peut seul le décrire totalement, il en reste cependant le principal moteur !


Fiche de lecture sociologique de « Le métier de sociologue »de Pierre Bourdieu.

Publié par Amexour sur 19 Décembre 2010, 21:51pm

Catégories : #sociologie

« Le métier de sociologue ».

Bourdieu.jpg

Le sociologue Pierre Bourdieu, du Collège de France, associé conjointement à Jean-claude CHAMBOREDON et Jean-claude PASSERON présentent leurs résultats d’études dans le champ épistémologique de la sociologie. Il s’agit là d’un ouvrage incontournable, puisqu’il est considéré comme un classique du genre, déjà réédité cinq fois.  L’ouvrage sort en librairie initialement chez l’éditeur Mouton de Gruyter en 1968, puis est successivement réédité en 1972, 1983, 1988, et plus récemment en janvier 2005. La dernière version présente un entretien de Pierre Bourdieu, peu avant sa disparition en 2002.  

Résumé : Comme dans l’ouvrage en général, il s’agit de voir dans cet extrait en particulier une vision heuristique et factuelle de la discipline sociologique en tant que science. Plus que toute autre discipline scientifique en effet, la sociologie mérite que l’on soit vigilant. Qu’une attention particulière lui soit portée, eu égard à tout possibilité d’atteinte par quelque logique d’opinion symbolique. Où se rencontre la théorie et l’expérience factuelle ? Il faut prendre garde aux « préjugés, présupposés et autres prénotions suspectes », qui pourraient être encline à vouloir s’immiscer dans l’analyse des faits sociaux. Cette suspicion légitime ayant pour conséquence de vouloir observer une certaine rupture avec ces prénotions. Procéder à la réalisation scientifique des analyses, sans risque d’être pour autant dirigé, voire orienté par un environnement social ou politique. Si les sciences humaines en général n’échappent pas à une certaine tyrannie de l’opinion, la sociologie, elle aussi doit se garder du jugement extérieur, marqué par « l’illusion du savoir » symbolique, voire institutionnalisé.  En somme, se protéger de tous risques de polémique, d’orientation et d’influences sociales et politiques extérieures aux études. Les « faits-sociaux » doivent pouvoir être observés et analysés de façon empirique, comme d’ailleurs ils doivent pouvoir prendre source dans la théorisation systématique, sans être taxés d’aucune « évidence » ; ce, de fait comme de droit, car il en va de leur objectivité scientifique. Aucun parasitage ne doit pouvoir venir corrompre le travail de recherche sociologique, au risque d’une aliénation de principe. Le déterminisme Bourdieusien souligne dans cet extrait une « rupture » entre les « agents » et la société qui est extérieure aux déterminants, pour une meilleure « mise en lumière des règles ainsi mises à jour ». Prenant à témoin les grands penseurs des XIXe-début XXe siècle et instigateurs de la sociologie, les auteurs de cet ouvrage et de l’extrait qui nous occupe veulent circonscrire toute tentative pouvant influencer l’objectif de la sociologie : l’explication phénoménale des faits sociaux en toute indépendance.

Mots clefs : épistémologie, vigilance, faits-sociaux, illusion, rupture.

 

PLAN DE L'ARTICLE

  •  Le fait est conquis contre l’illusion du savoir immédiat.
  • 1. Prénotions et techniques de rupture.
  • 2. L’illusion de la transparence et le principe de la non-conscience.
  • le-metier-de-sociologue.jpg
  • Autres Travaux de l’auteur

    Les publications de Bourdieu sont innombrables. Cependant, l’on peut s’avancer à en donner certainement les plus significatives d’entre-elles, et telles que :

    -         « Sociologie de l ‘Algérie », Paris, PUF., 2e édition., 1961,

    -         « Le déracinement », Paris, aux éditions Minuit, 1964, nouvelle édition, 1977 (avec J-claude Passeron),

    -         « Les héritiers », Paris, également chez Minuit, en 1964, et avec J-claude Passeron,

    -         « La reproduction », Paris, Minuit, 1970, nouvelle édition, 1977 (toujours avec J-claude Passeron),

    -         « La distinction », Paris, Minuit, 1979,

    -         « Le sens pratique » Paris, Minuit, 1980,

    -         Un recueil de discours oraux, dans : « Question de sociologie », Paris, Minuit, 1980,

    -         « Ce que parler veut dire » Paris, aux éditions Fayard, 1982,

    -         « Homo Academicus » Paris, Minuit, 1984,

    -         « La noblesse d’Etat » Paris, Minuit, 1989,

    -         « Les règles de l’Art. Genèse et structure du champ littéraire» Paris, Libre-examen-Seuil, 1992,

    -         « La misère du Monde » Paris, Libre-examen-Seuil, 1993 (ouvrage collectif sous sa direction,

    -         « La domination masculine » Liber, 1998,

    -         « Sur la télévision » Paris, Raisons d’agir, 1996,

    -         « Contre-feux » Paris, Raisons d’agir, 1998,

    -         Un recueil des intervention politiques, dans : « Interventions 1961-2001-science sociale et action politique » Marseille,  Agone-Comeau & Nadeau, 2002…

Commenter cet article

Mengue Dorian 06/03/2017 19:43

je suis fasciné par la recherche sociologique. ce site pourrait m'en être favorable

Amexour 13/03/2017 08:58

Oui, faire de la recherche est exaltant - quand on peut être en capacité de chercher surtout - à n'en pas douter, c'est quelque chose de très enthousiasmant. Bonnes recherches et merci pour ce petit message de sympathie !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents