Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le jardin d'amexour

Le jardin d'amexour

Parfois de raison, souvent d'intuition, de philologie et des philosophies en général, ce semble pouvoir être l'objet de ce blog... Si cela ne peut seul le décrire totalement, il en reste cependant le principal moteur !


Une LGV, dans l'état actuel, n'est pas synonyme de progrès !

Publié par Amexour sur 5 Juin 2010, 18:45pm

Catégories : #Pourquoi le libéralisme est mauvais pour l'humanit

LE TRAIN DE LA PEURTTGV.jpg
 
 
Qui , quel élu de la République "de proximité", quel intellectuel, quelle personnalité public, en vogue ou anonyme respectable, en ce début de XXIe siècle, en occident, en France, en Région, pourrait encore prendre le risque d'être pris pour un Républicain, pour un citoyen qui refuse le progrès ? 
 
Quel serait encore cet individu, qui, au nom de quelque principe de précaution, conviction écologique, politique, philosophique, positive et autre crainte naturelle refuserait à son territoire toute chance de progresser par l'avancée que lui prodiguerait la technologie et la science positive en l'occurrence ?
 LGV-Atlantique.gif
 
Le développement d'une région doit-il forcément faire appel à la croissance économique ; la modernité à l'investissement utile ; l'aménagement du territoire aux intérêts supérieurs ?
 
Comment arriver à évaluer, à modérer le "modernisme", le progrès, tout en conservant à la fois toutes les diversités qui sont souvent liées à un territoire, l'équilibre naturel ou "humain" souvent sensible, voire rendu précaire parfois de ce dernier (ruralité, désertification...) sont autant de questions qu'on ne peut manquer de se poser si l'on veut rester censé, tout au moins raisonnable ?
 
Une question cependant me taraude, à l'époque où les services publics, disons de proximité, sont sacrifiés, comme variable d'ajustement, sur l'hôtel de la rentabilité, c'est celle qui consiste à penser si le défit majeur du progrès n'est pas relégué, parfois, au second plan, et après celui du dogme, de la doctrine politique !
 
Car, inutile de se le cacher, l'ère est bien celle du néo-libéralisme, voire à celle de l'ultra-libéralisme, et point encore à celle de la recherche du bien-être du plus grand nombre et à la proximité.
 
Alexis de Tocqueville  Alexis-de-Tocqueville.jpgreste bien d'actualité, quand "hier" (1850), député et chef du Conseil général de la Manche avant de devenir Ministre des affaires étrangères, conservateur, colonialiste mais contre l'esclavagisme (mais qui n'était pas pour l'expansion et le nationalisme au XIXe siècle ?), outre ses sensibilités pour le "libéralisme" et son aversion pour le "socialisme"(du moins contre l'idée de tout collectivisme) ou la décentralisation, il défendait sa stratégie de faire accepter une ligne de chemin de fer en direction de la capitale.
 
 
L'idée (1) :
 
Dans la création d'une ligne Paris-Cherbourg (1844-1846), "reliant un port d'eau profonde à la capitale, il se défend contre une simple logique économique, liée exclusiment au marché (déjà)  qui consisterait à construire uniquement le tronçon immédiatement rentable  de Paris-Caen en sacrifiant le tronçon Caen-Cherbourg qui risquait d'être déficitaire !"
 
Bien que conservateur et libéral, Tocqueville est avant tout pour la décentralisation et avant de promouvoir la Liberté d'entreprendre, il privilégie l'égalité des régions.
 
"Il défend alors une logique d'aménagement  du territoire dans le sens des régions les moins favorisées, soucieux de les doter de voies de communication rapides, permettant aux productions locales de gagner le marché parisien".
 
 
Au XIXe siècle donc, deux logiques se partageaient la part du lion, l'une relative aux lois du marché et l'autre à la participation de l'Etat dans le cadre de cette décentralisation économique et sociale.
 
Rappelons-le le chemin de fer, pour des raisons de choix économiques purement et simplement, à mon sens en tout cas, était une affaire privée et afférente à l'industrie privée et aux affaires commerciales. "On ne construit des voies de fer que là où le capital engagé doit produire des intérêts considérables. Les considérations politiques, les vues d'administration, les principes d'économie sociale n'occupent ici qu'un rang très secondaire. (...) Il y en a d'autre, suivant lequel l'Etat se charge, en toute ou en partie, de la confection des chemins de fer et où la nation entière réunit ses ressources pour cet objet.
 
Dans ce cas, ce n'est plus l'intérêt du capital engagé qui devient la cause déterminante de l'entreprise, ce sont des pensées du gouvernement, c'est le besoin de la défense nationale, c'est le développement général des ressources du pays, l'accroissement de son commerce, la propérité relatives de toutes ses parties (ibid., pp.626-627.)"...
 
De terminer ici en rajoutant que Tocqueville n'avait d'autre volonté plus forte que celle de voir l'Etat respecter l'égalité entre régions ; ce, en plaçant sur un égal pied d'équilibre ces dernières, dans l'intérêt seul, non national et particulier, mais dans un objectif d'équité économique et sociale (l'égalité) ; qui ne viendrait pas contraindre telle ou telle autre région de s'équiper (soit disant pour son bien être) concomitamment à une augmentation de charges sociales localement "consentie"  par exemple, alors qu'elle n'en a pas exprimer ni le besoin ni la volonté !
 
Le seul objectif acceptable étant la prospérité locale avérée, justifiée de fait dans chacune des "grandes régions du territoire". Cette manifestation politique confirmée par le fait que "la logique économique ne peut-être suffisante et qu'il faut rétablir l'égalité départementale devant le développement industriel, et, partant, l'égalité des citoyens..."
 
 
Pause...avec les Deschiens : ça faisait longtemps
 
 
 
 
 
Reprenons, si vous le voulez-bien...
AGV.jpgCe bref préambule étant posé, plaçons les choses maintenant dans un contexte contemporain, disons général ; contentons-nous de le décrire comme étant mondialisé, et pour la France, le grand Sud-Ouest, la région Aquitaine, le Lot-et-Garonne, les cantons et les communes qui seront traversés par ce projet de ligne LGV LGV_Fuseau_fin_mai_2010.jpg(bouleversés dans leurs équilibres naturels, environnementaux, comme économiques et sociétaux), sans volonté toutefois particulière de vouloir comparer ou trouver une même problématique, il ressort cependant  quelques similitudes historiques perceptibles.
 
En sus de l'ère du temps néo-libérale a minima, prenons si vous le voulez-bien comme postulat une volonté nationale disons, "recentralisatrice", avec un point d'orgue basé sur l'économie d'échelons intermédiaires tant dans le fonctionnement que dans son approche, avec pour exemple la suppression des cantons annoncés...  
 
A commencer par le contexte politique, où, si l'on fait abstraction du régime et des conflits  de l'époque (affrontements des doctrines entre le Monarchisme, la Restauration, le Républicanisme de la fin de la Ire République au second Empire et le libéralisme toujours bien d'actualité),  l'on peut constater aisément que rien n'a vraiment changé en l'espèce aujourd'hui.
 
Ayant balayé toute autre possibilité politique (collectivisme modéré, communisme modernisé, socialisme pourquoi pas avec une vraie place du service public et du devoir régalien de l'Etat fort)  bloqué donc entre conservatisme, socialisme libéral et ultra-libéralisme, la France reste partagée, n'ayant rien trouvé de "mieux" ou plus probant, que la conservation d'un régime Constitutionnel obsolète, avec la Ve République ; ce, pour pallier une inertie à mon sens seulement préoccupante.
 gare-morte.jpg
Le contexte local départemental est assez similaire de l'époque que nous avons brièvement décrit ici ; point de vraie démocratie participative ou représentative, avec une hégémonie réelle par le truchement du cumul des mandats.
 
Des députés-Maires, conseillers généraux, présidents de communauté de communes en charge de multiples portefeuilles et autres mandats locaux, présidents de ci, responsables de ça, rien de bien trancendant en effet au niveau du changement, après deux siècles passés.
 Gare-de-Nerac.jpg
Entre les élites de la noblesse ou de la bourgeoisie tels que MM. Dionis du Séjour (1956), ingénieur, président de la communauté d'agglomération et député-maire d'Agen, libéral de centre-droit, ou M. Cahuzac (1952), chirurgien, lui-aussi député-maire de Villeneuve sur Lot, "socialiste de droite" qui n'ont, tous deux, d'autre objectif inavoué et inavouable à mon sens, que de devenir Ministre dès que possible.  M. Pierre Camani  (1952) ensuite, chargé de mission du Conseil régional, président du conseil général, président de la communauté de commune du pays du Trec et de la Gupie, président du SIVOM de Seyches et conseiller municipal de Puymiclan, passe sur le "préfet " Diefenbacher...Tous quatre ayant sans conteste, non la volonté de servir la République, leurs électeurs, la démocratie et leur département mais bien de servir des intérêts "particuliers", et de trouver dans leurs mandats locaux ou parlementaires le tremplin indispensable à leur accession suprême et parisienne !
 
 De l'autre côté et celui d'une poignée d'indignés, non encore totalement résignés de cette démocratie absolue, manif-contre-la-LGV--Nerac.jpgune levée de boucliers populaire sans précédent dans le département.  (avec l'association "Très grande vigilance en Albret"). Dionis-LGV.jpg
 
En outre, et dans le cas qui nous intéresse ici, tous s'accordent à vouloir "investir" dans le sens seul de l'égoïsme, en l'occurrence celui qui consiste à refaire des dépenses pour un investissement sans réel intérêt pour le département d'une part, car sans bénéfice de prospérité et sans non plus d'intérêt pour ses habitants.
 
En somme, une ligne LGV au seul fin de gagner du temps pour traverser le Sud-Ouest sans réelle contrepartie pour les usagers locaux des départements traversés. Ouverture sur l'Europe et la mondialisation pour quelques privilégiés pressés et aisés...Les Lot-et-garonnais étant les nouveaux "indiens" parqués dans la réserve "Sud-Ouest", que quelques touristes regardent en traversant la réserverecord-TGV.jpg à très grande vitesse !tgv-record-vitesse-train.jpg
 
 
 
 
 
 
 
Alors que le ferroutage reste lettre-morteferroutage2.jpg, que les gares de proximité ont fermé leurs portes, les unes après les autres, ce entraînant des difficultés de circulation et d'entretien des routes, du fait de l'augmentation et ou de la récurrence du traffic commercial qui endommage le réseau local.
 
Passe sur les augmentation autoroutières, du fait de la privatisation des autoroutes !
 
De fait, un contexte social et économique actuel extrêmement difficile pour la ruralité, tenant compte du désengagement de l'Etat sur la décentralisation d'une part, mais aussi du coût devenant prohibitif pour tous déplacements à l'intérieur comme à l'extérieur du département, pour les particuliers comme les entreprises ; l'Etat ne cesse de se désengager sur tous les secteurs et en particulier sur les services publics (écoles, logement, énergie, santé, armée, consommation...) ou sur les aspects économiques forts tels que l'agriculture à titre d'exemple pour notre département. agv-Sarkozy.jpg
 
Il semble que les craintes du XIXe siècle n'aient pas évolué ; il semble que l'Etat continue à ne pas prendre en considération le pacte Républicain, pacte selon lequel tous les départements, toutes les régions françaises devraient être égales entre-elles, que tous les citoyens puissent jouir des mêmes droits et des mêmes devoirs. Utopie que cette vision démocratique.
 
Au lieu de cela, seules les régions à forts potentiels économiques, les villes de grandes démographies trouvent grâces à ses yeux.
 
Transports en commun, hôpitaux, accès à la médecine générale et à la médecine spécialisée, services divers, dont les accès sont de plus en plus prégnant dans les grandes agglomérations ; quand le moindre déplacement devient un véritable casse-tête en ruralité (augmentation du prix des carburants légitimée par la pollution ou le déficit de la matière première, des énergies en général, du sanitaire de plus en plus inquiétant, du fait de manque de médecin ou des monopoles pharmaceutiques ; de l' accès à la culture et à l'enseignement, précarisé du fait des regroupements pédagogiques, des fermetures d'école et de l'éloignement des établissements, entre Toulouse et Bordeaux à titre d'exemple pour les étudiants enclavés...
 
Les intérêts particuliers prennent le pas sur l'intérêt général.
 
lot-et-garonne.jpg
Alors que les axes routiers et le rail régional auraient besoin d'investissements pour désenclaver le département, les élus départementaux voudraient investir pour l'Europe, ou pour eux-mêmes, c'est simplement ubuesque et un déni de démocratie !
 
Une LGV, à l'heure actuelle, dans cette configuration et dans l'état de notre société, n'est pas synonyme de progrès, loin s'en faut  !
 
 
(1) Alexis de Tocqueville "Textes essentiels Anthologie critique par J.-L. Benoît Agora - Pocket n°223.

Commenter cet article

christine connan 23/06/2010 00:47



La position de l'union européenne sur l’échiquier mondial, renforcée par le traité de Lisbonne passé contre notre avis…n’est-elle pas
entrain de placer  la France  de plus en plus en situation 
de pays de transit, outil central nécessaire et peut-être essentiel au bon fonctionnement de la mondialisation (délocalisation..) pour le transport des échanges ( libres) et des marchandises Nord
–Sud.. Sud-Nord  et Est-Sud.. Sud-Est  ..?!!


Ne serait-on pas entrain de nous infuser donc les transports ( rapides ) prévus pour des stratégies économiques, financières et
politiques qui dépassent notre entendement et dont le but ne sera pas à l’évidence  le bien-être des régions traversées…. ?!!!…..


 Quant à cette nette sensation de régression… n’y aurait-il pas un gros
soupçon de volonté politique à nous « inféoder » … ?!!..



Amexour 24/06/2010 01:55



Assurément Chritine, ce dont n'étaient pas parvenus les totalitarismes, les colonisations et autres évangélisations, mieux que toutes religiosités confessionnelles et spirituelles, la
mondialisation l'a fait ! En à peine un siècle, ce même humain, qui durant près de 7000 ans est parvenu à dompter la nature, est aussi parvenu, non seulement à piller, acculturé, et
formaté toute l'humanité, mais à quasi détruire cette même Terre qui l'a nourrie...Toute sa conscience, sa science extraordinaire pour somme toute qu'un animal qu'il est, sa raison comme l'Homme
se plaît à la qualifier, n'auront pas suffit à lui ouvrir ne serait-ce que les yeux. Démunie dans la nature, dépourvue de toute autre défense que sa seule magnifique intelligence, l'Humanité est
en train de s'en remettre à quelque nouvelle idéologie destrructrice, parfaitement illusoire et superfétatoire tant l'ineptie de ses actes est grande et prévisible. Quand rien ne permet de
connaître la fin de toutes choses sur Terre et dans l'espace, quand les ressources naturelles sont en voie de tarissement, quand les conséquences de toutes activités humaines sont avérées
parfaitement intolérables et irrémédiablement définitives, quand la science admet qu'aucun plan "b" n'est possible ailleurs, eh bien, advienne que pourra, l'Humain décide malgrès tout de
continuer sur cette voie...Alors, quoi d'autre ?



Baffie 11/06/2010 15:56



Bonjour Amexour,


Dans mon bled, au fin fond de l'auvergne, un peu isolé donc, on nous a supprimé la petite gare locale qui rendait bien des services, au nom de cette sacro-sainte rentabilité. Ce qui fait
que ceux et celles qui veulent se rendre à Lyon en train doivent au préalable se farcir une heure de mauvaise route avant d'atteindre la gare la plus proche.


POur autant la petite gare est toujours fonctionnelle, elle trimballe les touristes en été pour leur faire découvrir la spécialité locale : le pré à vache !!! Et tant pis si c'est la
misère coté transport pour les autochtones le reste de l'année...


PS : mention spéciale pour les Deschiens, j'en suis toujours aussi fan xD


 



Amexour 11/06/2010 23:18



Bonsoir Baffie, nous sommes d'accord, encore une fois, et si tu m'en vois ravie, je regrette parfois qu'il n'y ait pas davantage ici, confrontation d'idées, de points de vue...Mais bon, tant
qu'il n'y a pas de complaisance comme je peux le rencontrer ailleurs et sur la toile...Du reste c'est souvent le cas avec quelques détracteurs, mais s'il est déjà difficile de confronter des
idées de vive voix, pourtant quelque fois à grand renfort d'expressions corporelles et physiques (la voix, la posture du corps, du visage, la panoplie des subterfuges divers à
disposition)  l'exercice est d'autant plus difficile lorsqu'il s'agit de se faire comprendre par écrit...Alors, c'est bien ainsi car il est extrêmement difficle, je le
crois, de défendre des vues différentes sur un tel support. Et comme le disaient les deschiens : "Ben alors...veux-tu ! Whaouf !!!"



timilo 09/06/2010 12:02



Tu le dis bien , nous régressons à une vitesse conséquente , et les changements se font sentir , surtout ,quand comme moi on habite la campagne , alors on voit cette désertification
 s'amplifier.  Plus d'école , plus de poste , plus de tribunaux  plus de gendarmerie , par contre d'avantage de radars , plus de lignes SNCF , tout à l'abandon.


Les paysages changent et se chargent de tristesse infinie


Dommage pour les générations à venir


Amitiés



Amexour 09/06/2010 12:25



Merci Timilo. Pleurons...pleurons, sans crainte ni honte et pour ne point garder en nous le fiel de l'indignation ; peut-être aussi de notre "incapacité" à ne pouvoir empêcher ceux qui sont
pourtant coupables d'infamie, de ne point protéger leur propre espèce, leurs propres enfants...pleurons mais réagissons toujours, en ne cessant jamais de dénoncer l'évidence, toute les
violences qui sont faites aux faibles oui, mais aussi faites à l'adresse de l'espèce humaine toute entière. Quand un humain fait du mal à un autre humain, il se fait mal à
lui-même...Merci de ta visite



Délia 07/06/2010 11:19



Quel long pamphlet, fourni et concis à la fois. Je m'habitue peu à peu à tes écrits, jusqu'alors à mon sens toujours pertinents. Le flash-back sur Tocqueville prouve, s'il en faut, que nous
régressons, effectivement! C'est un comble, non? De ton analyse, se dégage fortement l'idée que l'intérêt recherché par nos politiques est avant tout financier... et pas pour les finances
publiques, même à l'échelon national !!! Au plaisir de te lire encore....



Amexour 08/06/2010 11:47



Merci Délia. Nous régressons en effet, puisqu'en tout cas nous ne progressons pas...et oui nous, l'espèce humaine cherchons toujours à dominer, ce qui semble être la principale raison à tout cela
! L'Espace publique étant celui dédié au plus grand nombre CQFD...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents